Achat/Vente

Que devient Sébastien Loeb

Il crée la surprise en signant le premier scratch avec une marge de trente secondes avant de subir son ordre de passage pénalisant lui imposant de s’élancer sur une piste rendue boueuse par les pilotes précédents. Ses neuf titres mondiaux acquis consécutivement dans une même catégorie reine constituent une performance inédite dans le sport automobile, uniquement surpassée par les dix couronnes de l’Italien Guido Cappellini et du Britannique Steve Webster sur l’ensemble des sports mécaniques. N’ayant besoin que de cinq points supplémentaires pour remporter son premier titre mondial, Loeb adopte un rythme prudent lors du Tour de Corse et laisse les deux Ford Focus de Markko Märtin et François Duval s’échapper en tête.

Source : Séverine Meny. Figurant parmi ces pilotes usant de tactiques peu éthiques, Ogier se voit communiquer par Citroën en l’absence de GPS le temps exact à réaliser pour se caler derrière le champion du monde avant l’ultime étape, engendrant pour la première fois des tensions entre la marque aux chevrons et son fer de lance : « L’équipe ne disposait pas des temps intermédiaires d’Ogier, alors dans le doute ils lui ont communiqué le temps à réaliser pour se caler derrière moi au général.

Lire également : Comment faire sa carte grise sur Internet ?

Les deux hommes éliminent leurs compatriotes de l’équipe PlayStation France Sébastien Bourdais et Stéphane Sarrazin en quarts de finale puis le Brésil de Felipe Massa et Tony Kanaan au tour suivant.

« J’ai vu pas mal de pilotes de rallyes, des Vatanen, Salonen, Kankkunen, Biasion et autres Sainz… Je me souviens que Kankkunen faisait très peu de reconnaissances en spéciales par rapport à ce qui lui était permis et qu’il arrivait toujours à sortir des super chronos tout de suite. À Trois-Rivières, au Québec, pour la huitième manche du championnat du monde de rallycross, Sébastien Loeb s’est littéralement employé pour revenir d’une situation pourtant mal embarquée et s’emparer d’une nouvelle troisième place avec brio. Arrivé en renfort d’un trio d’anciens vainqueurs de l’épreuve, composé de Carlos Sainz, Stéphane Peterhansel et Cyril Despres, l’Alsacien créé la surprise en établissant le temps de référence dès la première étape puis en réitérant cette performance les jours suivants.

A lire également : Comment avoir la meilleure assurance jeune conducteur ?

Au volant d'un prototype Volkswagen électrique, Romain Dumas a pulvérisé le record de Loeb lors de la mythique course de côte du Colorado en étant le premier à descendre sous les huit minutes. Sébastien Loeb rejette ces accusations en bloc et, estimant son image ternie, décide de rompre ses relations amicales avec le Gapençais : « Je comprends que cette décision n’ait pas plu à Sébastien Ogier. Renommée Supertourisme, la catégorie reine dans laquelle est inscrite l’Alsacien connaît une évolution significative avec l’introduction de nouvelles voitures affichant des performances en hausse d’environ dix secondes au tour par rapport aux anciens modèles. Suivi de près par Guy Fréquelin, directeur de Citroën Sport, sur l’ensemble de l’année, l’Alsacien se voit finalement confier une Citroën Xsara Kit Car avec l’appui logistique de la marque aux chevrons pour prendre part au rallye du Var, manche de clôture du Championnat de France Asphalte. Le titre de champion de France des rallyes et la deuxième place au Sanremo conquis l’année précédente permettent à Sébastien Loeb d’aller plus avant dans sa collaboration avec la structure Citroën Sport.

C’est en septembre 2008, dans le cadre de la pénultième manche de la Super Série FFSA organisée sur le circuit d’Albi, que Sébastien Loeb prend part à la première compétition GT de sa carrière.

Champion du monde en titre, Loeb hérite du rôle d’ouvreur et abandonne de ce fait un temps significatif lors de la première étape en raison de fortes chutes de neige survenues la veille du départ. Le 28 mars 2013, Sébastien Loeb officialise sa participation à la course de côte américaine de Pikes Peak International Hill Climb en catégorie Unlimited pour le compte de Peugeot Sport, l’autre branche compétition du groupe PSA avec lequel l’Alsacien est sous contrat. Sébastien Loeb, né le 26 février 1974 à Haguenau (Bas-Rhin), est un pilote de rallye français reconverti dans les compétitions sur circuit dans un premier temps, puis en rallye-raid et en rallycross plus récemment.   « Bonjour à tous,   aujourd’hui, c’est une chronique un peu spéciale car je n’ai pas un résultat ni une course à débriefer avec vous mais simplement l’envie de partager le plaisir pris ce week-end . L’Alsacien prend part une semaine plus tard à sa dernière compétition pour le compte du double chevron lors de la finale du mondial disputée en nocturne au Qatar, une première dans l’histoire de la discipline. Ce dernier accepte difficilement cette situation et va tenir par voie de conséquence des propos qualifiés de peu respectueux dans la presse à l’encontre de son coéquipier, l’accusant d’être à l’origine des consignes et de refuser le duel. Seuls Carlos Sainz, Petter Solberg et Sébastien Loeb, séparés d’un point au classement des pilotes, peuvent encore prétendre à la couronne mondiale au moment d’aborder le rallye de Grande-Bretagne, manche de clôture de la saison. Titulaire de trente-cinq points d’avance au championnat des pilotes sur son dauphin, l’Alsacien n’a besoin que d’une quatrième place sur l’un des quatre rallyes restants pour s’adjuger un troisième titre mondial lorsqu’il est victime d’une fracture de la clavicule à la suite d’une chute en VTT le 26 septembre 2006. Depuis le départ de son champion en 2012, Citroën court toujours après le titre de champion du monde que Sébastien Ogier, éphémère coéquipier de Loeb au sein de l’écurie française (2011), et Volkswagen ont trusté pendant quatre ans (2013-2016). Un premier jeux vidéo à son effigie, WRC avec Sébastien Loeb : Édition 2005, est conçu par Sony Computer Entertainment sur la série de consoles du même nom, suivi d’une nouvelle production en 2016, intitulée Sébastien Loeb Rally Evo et développée par le studio Milestone.

Engagé sous les couleurs de Citroën Racing, il remporte avec son copilote Daniel Elena le championnat du monde des rallyes neuf fois consécutivement de 2004 à 2012 au terme de dix saisons complètes. Les deux adversaires subissent le handicap du balayage au départ du rallye du Mexique, première manche terre de la saison, et se voient devancer par Petter Solberg bénéficiant d’une route nettoyée. Sébastien Loeb est d’autre part réputé comme étant l’un des pilotes les plus complets, faisant preuve d’une faculté d’adaptation naturelle à divers types de terrain et dans toutes les conditions de route.

Disputé sous des conditions météorologiques difficiles, le rallye d’Argentine marque les premiers travers de la nouvelle réglementation imposant aux pilotes des types de gommes inadaptés au terrain : « Les conditions sont tellement piégeuses, avec la pluie, la boue et la réglementation qui nous impose de rouler en pneus durs, non retaillés, que c’est hyper-dangereux. L’Alsacien s’impose face à Stéphane Peterhansel lors des quarts de finale tandis qu’Alesi échoue lors de ses deux tentatives l’opposant à Sébastien Bourdais, éliminant de fait la formation française.

Lorsque interrogé sur l’adversaire le plus doué qu’il ait eu à affronter, il cite tout d’abord Jean-François Bérenguer en référence à la période où il évoluait au niveau national, puis surtout Marcus Grönholm, considérant le Finlandais comme son rival le plus redoutable : . À la lutte face à Petter Solberg au coup d’envoi du rallye d’Argentine, Loeb parvient à construire une avance significative dans la deuxième boucle de la première journée, mais frôle l’accident en évitant une vache en sortie de virage.

Les deux hommes se partagent la quasi-totalité des temps scratchs lorsque le Norvégien écope d’une pénalité pour retard de pointage au soir de la première étape en raison d’un problème moteur affectant sa Subaru Impreza.

Classé troisième à l’issue de la première journée, Loeb voit le comportement de sa voiture se dégrader sensiblement dès le lendemain matin en raison de nombreuses averses ayant détrempé la piste. Subissant sa position d’ouvreur lors de la première boucle matinale du rallye de Nouvelle-Zélande, il profite des deuxièmes passages pour signer ses premiers scratchs dans des conditions de route moins pénalisantes. De nouveau titulaire d’un ordre de passage désavantageux lors du rallye du Portugal, l’Alsacien parvient à accrocher le trio de tête lors de la première étape avant de subir les stratégies de ses adversaires consistant à ralentir volontairement pour éviter le handicap du balayage. Des divergences de point de vue sur le développement de l’entreprise apparaissent au bout de quelques mois, Heintz et Loeb étant désireux d’en étendre les activités vers les compétitions sur circuit. En juin 2012, Sébastien Loeb intègre le rang des actionnaires du Racing Club de Strasbourg sous l’impulsion de son président Marc Keller dans le but de sauver de la faillite le club de football alsacien.

Il s’impose deux semaines plus tard au rallye d’Allemagne pour la troisième année consécutive, marqué par d’importantes averses et un duel serré contre son coéquipier Carlos Sainz et le jeune Belge François Duval. Une hécatombe survenue au sein du clan Peugeot, dernière équipe pouvant encore contester le titre de champion des constructeurs à Citroën, bouleverse les différentes stratégies mises en œuvre par la marque aux chevrons.

Il profite du retour des manches asphalte avec le rallye d’Allemagne pour inverser la tendance en s’y imposant une sixième fois en autant de participations au terme d’une édition marquée par une météo peu clémente. Sébastien Loeb prend le départ d’une compétition sur circuit pour la première fois de sa carrière en mars 2002 lors de la manche d’ouverture de la Coupe de France FFSA de Formule France organisée dans le cadre des Coupes de Pâques. Pour son premier départ au volant de la Citroën Xsara WRC, fraîchement débarquée des ateliers de Satory, il termine deuxième de la classique italienne, onze secondes derrière le vainqueur Gilles Panizzi, référence mondiale de l’époque sur asphalte. Elle se concrétise dans la pratique par l’adoption de techniques de freinage beaucoup plus en ligne ainsi que par la proscription du survirage lors des entrées en courbes afin de limiter au maximum les phénomènes de glisse et de conserver une trajectoire propre. Accusant cinq points de retard au championnat à deux manches de la fin de la saison, Loeb doit compter sur l’aide de son coéquipier Dani Sordo pour assurer un doublé lors du rallye de Catalogne à l’instar des trois années précédentes.

Il accompagne Dominique Heintz en novembre 2009 dans une prise de participation de PH Sport, structure de référence dans le rallye automobile, aux côtés de son gérant Bernard Piallat dont l’associé historique vient de se retirer. D’abord devancé par Grönholm, il hérite de la tête en raison de problèmes de freins qui touchent le Finlandais puis se construit une marge conséquente en enlevant la totalité des temps scratchs au programme de la deuxième étape. Engagé en catégorie LMP1 sur la Pescarolo C60-Judd numéro 17 aux côtés de ses compatriotes Éric Hélary et Soheil Ayari, il se classe deuxième des qualifications derrière l’autre voiture de l’écurie sarthoise.

De nouveau leader du championnat des pilotes, l’Alsacien subit sa position d’ouvreur lors de la première édition mondiale du rallye de Jordanie et doit attendre les deuxièmes passages en spéciales pour trouver des conditions de route similaires à celles de ses rivaux.

Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!