Voitures

Pourquoi un bateau qui pèse plusieurs milliers de tonnes ne coule pas ?

Avez-vous une idée de pourquoi les navires coulent ? Ces superstructures massives pèsent des milliers de tonnes, peuvent s’étendre sur des centaines de mètres de longueur, et ceux qui transportent des marchandises d’une valeur de milliards de dollars, ayant une durée de vie moyenne de dix à quinze ans.

Lors de la construction de navires de dimensions massives, les risques encourus augmentent également proportionnellement. Le processus de construction du navire peut être lourd d’une catastrophe qui attend de se produire, tandis que la navigation réelle en haute mer constitue une menace majeure pour la stabilité des navires.

Lire également : L’achat de votre Peugeot 3008 : le guide

Toutes les modalités de sécurité sont prises par toutes les compagnies maritimes qui exploitent des milliers de navires naviguant dans les océans. Mais pour une industrie d’une telle ampleur, les accidents ont tendance à se produire en raison de causes évitables, d’éléments naturels imprévisibles ou de piraterie généralisée.

Dans cet article, nous examinerons de près 10 principales raisons pour lesquelles les navires coulent.

A lire également : Quelles sont les règles de stationnement sur les livraisons de places à Paris ?

1. Inondations

Les inondations sont la raison la plus fréquente pour laquelle les navires coulent. Le l’explication scientifique derrière la façon dont les navires flottent est que le poids d’un navire est soutenu par l’eau qu’il déplace lorsqu’il flottait.

Mathématiquement,

Poids du navire = Volume d’eau déplacé × densité d’eau

L’ eau déplacée par le navire est égale au volume du navire submergé, et nous pouvons réécrire l’équation comme :

Poids du navire = Volume submergé du navire ×Densité de l’eau

Lorsque l’eau peut pénétrer dans le navire par des ouvertures dans la coque ou la superstructure, les régions remplies d’eau ne sont plus considérées hydrostatiques comme faisant partie du navire. Cependant, le poids du navire reste constant.

Crédits image : wikipedia

Cela crée un déséquilibre, où le poids du navire est maintenant plus grand que celui de l’eau déplacée. En conséquence, le navire coule continuellement plus bas dans l’eau jusqu’à ce qu’il soit complètement submergé. En raison de la pression de l’eau de montage, les cales, les murs et les cloisons peuvent éventuellement se rompre, ce qui entraînera un naufrage rapide du navire.

2. Mise à la terre et collision

Les navires sont propulsés par des moteurs marins massifs entraînant l’hélice tandis que la direction est contrôlée par le gouvernail. De nombreux cas d’échouement ont été signalés, qui se trouve au fond de la mise au rebut du navire sur le sol ou sur des roches près de la rive. Cependant, le navire peut couler après l’échouement par temps violent ou mauvais qui endommagera d’abord la coque du navire et la houle lourde conduira le navire à l’eau plus profonde, le faisant couler.

De plus, les navires sont de grandes structures qui prennent du temps pour réagir aux entrées de manœuvre provenant du pont. En moyenne, un navire peut prendre des centaines de mètres pour s’arrêter complètement, et le temps de tourner efficacement.

Dans ces circonstances, il y a toujours une chance pour un navire d’entrer en collision avec d’autres navires, remorqueurs, navires auxiliaires ou structures flottantes comme les quais de port si les précautions appropriées ne sont pas prises.

Crédits d’image : nautinst.org

Une fois qu’une collision survient, la coque du navire peut se rompre, entraînant une inondation imminente comme il a été mentionné précédemment. De plus, il y a de fortes chances que des équipements tels que les gouvernails ou les hélices soient endommagés par la collision.

Une collision peut aussi entraîner une perte de cargaison qui peut déstabiliser le navire, ce qui entraîne une perte de stabilité, ce qui est expliqué dans la section suivante.

3. Perte de stabilité

Tous les corps flottants ont une hauteur métacentrique, c’est-à-dire la distance verticale entre le métacentre (M) et le centre de gravité vertical (G).

Pour les navires, le navire demeurera relativement stable tant que cette quantité demeure positive. Dans le cas où il devient négatif, le navire peut chavirer avec la plus petite force.

La hauteur métacentrique (GM) est directement liée à une quantité connue sous le nom de période de rouleau. Cela fait référence au temps qu’un corps oscillant prendra pour revenir à la position initiale de stabilité.

Crédits:Soerfm/Wikipedia.org

Les navires ayant de très grandes valeurs de GM atteindront instantanément une position verticale, ce qui peut causer des dommages à l’équipement et à la machinerie en raison des fortes forces exercées.

D’ autre part, les très faibles valeurs de GM auront des périodes de roulement extrêmement élevées. Dans ce cas, le navire a de fortes chances de prendre de l’eau à travers le pont. Ainsi, si le GM quitte la région sécuritaire en raison de diverses conditions, il y a une chance que le navire s’enfonce.

4. Mauvaise conditions météorologiques

Les intempéries sont extrêmement fréquentes chez les navires qui coulent et contribuent à près de 75 % de tous les autres types d’accidents. En raison du grand espace dégagé que l’on trouve dans l’océan, la vitesse du vent peut atteindre les régions associées à typhons ou ouragans. Cela peut créer des vagues massives capables de chavirer des vaisseaux.

Les navires peuvent couler en raison de quelques raisons principales : le vent et d’autres forces forçant le navire à pencher à des angles dangereux par rapport aux côtés bâbord ou tribord, les vagues sur le pont qui ajoutent du poids au navire et le forcent à descendre dans l’eau, ou les vagues s’écrasant sur le côté du navire et provoquant des inondations.

Crédits : ManojMulchandani/Youtube

Toutes ces raisons obligent le navire à prendre de l’eau, ce qui le conduit finalement à devenir instable et vulnérable au naufrage par les plus petites perturbations.

5. Négligence et erreur humaine

La fatigue, la négligence et les erreurs simples contribuent à un certain nombre de catastrophes en mer. Cela se produit lorsque les navires sont sous-habités, dont les équipages sont fatigués ou mal gérés.

Par conséquent, de simples erreurs évitables sont susceptibles de se produire. Par exemple, les obstacles ce flotteur peut s’enchevêtrement dans le gouvernail et les hélices ou peut endommager la coque.

Crédits image : wikipedia

S’ il n’est pas repéré à temps, le navire peut entrer en collision avec eux. De plus, si les mesures et les ajustements de la salle des machines sont mal effectués, il y a une chance que le navire s’enfonce en raison d’un manque de poussée.

Il est important que les lignes maritimes et de passagers s’efforce de garder l’équipage bien reposé et de veiller à ce que le navire soit doté d’un équipage adéquat en tout temps.

Parfois, un mauvais jugement sur les aspects techniques peut compromettre la stabilité du navire.

5. Équipement défectueux

En haute mer, la visibilité peut parfois être faible en raison de la brume ou du brouillard. De plus, les vagues peuvent rendre difficile la détection des objets flottants qui peuvent présenter un danger pour le navire.

C’ est là que l’équipement moderne entre en place, pour guider les officiers dans le pont assurer la stabilité. Toutefois, un équipement mal étalonné est extrêmement dangereux, car l’équipage peut les utiliser pour prendre des décisions clés.

En général, tous les équipements doivent être régulièrement surveillés et vérifiés pour s’assurer de leur exactitude à intervalles réguliers. Bien que l’intervalle privilégié entre les contrôles soit tous les mille kilomètres de navigation en haute mer ou en mer, la réduction des dépenses peut obliger les entreprises à lésiner sur les services essentiels. Cela peut entraîner des conséquences dangereuses qui peuvent amener le navire à chavirer et à couler.

6. Entretien inadéquat

Les navires restent en mer pendant de longues périodes et retournent souvent dans les ports une ou deux fois par mois environ pour le chargement des fournitures et le ravitaillement. La corrosion, la fatigue des métaux et l’exposition prolongée à des conditions difficiles peuvent se déformer et endommager le récipient. Sans entretien régulier, il y a une forte possibilité qu’un accident se produise.

Par exemple, les moteurs diesel marins qui alimentent les les navires ont une gamme d’opérations extrêmement élevée RPM. Dans ces conditions, les arbres d’hélice, les gouvernails et les hélices eux-mêmes peuvent être endommagés. En plus des charges vibratoires, les hélices à grande vitesse sont sensibles à la cavitation, qui se produit en raison de l’ébullition de l’eau près de la surface de l’hélice. Par conséquent, des contrôles réguliers sont nécessaires, sinon il y a une chance que les systèmes de propulsion soient endommagés.

En général, les petits composants sont souvent les premiers à s’user, et donc un entretien global complet doit être effectué avec diligence.

En moyenne, les navires d’une durée de vie de dix ans font l’objet d’une révision complète une fois tous les deux ou trois ans. S’il n’est pas effectué correctement, il est possible que les systèmes tombent en panne, entraînant le chavirement du navire et finalement le naufrage.

7. Victimes en temps de guerre

Pendant les guerres mondiales du début et du milieu du XXe siècle, des centaines de navires et de navires ont été coulés. Torpilles sous-marines les mines, les charges de profondeur, les tirs d’artillerie, etc., étaient responsables de la majorité de ces cas.

Outre les pertes réelles en temps de guerre, il y a toujours des accidents qui se produisent à cause de mines non découvertes ou de charges flottantes qui sont encore armées et extrêmement dangereuses.

Attaque sur Pearl Harbor — Crédits : wikimedia.org

Dans la plupart des cas de naufrage en temps de guerre, des torpilles ou des explosifs ont été utilisés pour rompre la coque, ce qui a permis à l’eau d’inonder les cales et de traîner le navire vers le bas. Pour lutter contre cette situation, des navires de guerre et des navires commerciaux empruntant des routes dangereuses ont été ajoutées à la protection contre la torpille, par exemple des quilles de cale trempées. Celles-ci ont atténué l’impact de la torpille et parfois dévié l’onde de choc principale loin du navire.

8. Méfaits de quai

Les quais et les ports sont des espaces exigus qui cherchent à maximiser l’efficacité dans les plus petits endroits. Ainsi, les navires doivent être extraordinairement précis lors des manœuvres, même à l’aide de remorqueurs. Cependant, compte tenu de la taille massive des navires modernes, il y a une multitude d’accidents portuaires qui se produisent et coulent des navires.

Par exemple, si le port n’a pas été correctement construit, il y a de fortes chances qu’une énorme quantité d’eau soit comprimée lorsqu’un navire tente d’accorer. La pression hydrostatique qui en résulte peut rompre la coque et chavirer le récipient. De plus, les collisions avec les remorqueurs, les navires de soutien et le quai bâbord lui-même peuvent endommager le placage d’acier qui fait la coque, ce qui pourrait couler le navire.

Il appartient aux autorités portuaires de veiller à ce que des protocoles de sécurité soient en place pour contrôler les navires et les guider dans les manœuvres autour de virages serrés.

Il y a de nombreux cas de chargement inadéquat, conduisant au chavirement et au naufrage des navires directement sur la jetée.

Piraterie

La piraterie en mer continue d’être une menace, même si les âges des pirates barbus et des navires sont partis depuis longtemps. Les pirates modernes utilisent une technologie sophistiquée qui rivalise avec les marines de certains pays.

Armés de lance-missiles, de torpilles et de dispositifs d’interception, ils sont capables d’embarquer efficacement, de piller et finalement couler les navires qu’ils attaquent. En général, la piraterie entraîne la détention du navire et de l’équipage contre rançon. Cependant, parfois les navires sont trop massifs pour les pirates à gérer, et par conséquent les fonds sont sabotés une fois l’attaque terminée.

Crédits d’image : imo.org

Pour lutter contre les activités liées à la piraterie, plusieurs marines patrouillent les eaux autour de zones dangereuses telles que le littoral et la Corne de l’Afrique. Ces endroits sont un foyer d’activités criminelles, et certains pays ont décidé de mettre en place des bases à des positions stratégiques pour protéger les navires qui traversent ces eaux.

Mesures de sécurité pour prévenir le naufrage

Bien que les navires soient à la merci du , il existe encore des mesures qui peuvent être prises pour éviter que des incidents fâcheux ne se produisent. L’entretien et la vérification réguliers des composants individuels du navire sont essentiels pour s’assurer que le navire fonctionne bien et a une longue durée de vie.

Bien que la réduction des coûts soit souvent la raison de sauter les vérifications, elles réduisent en fait la durée de vie du navire, ce qui le rend coûteux pour la société mère. De plus, la formation adéquate de l’équipage et le fait de disposer d’un personnel adéquat à bord peuvent réduire l’erreur humaine et la négligence.

En informant l’équipage du protocole de sécurité à suivre, les dommages peuvent être réduits et des vies peuvent être sauvées. En plus de cela, une conception adéquate du navire peut éliminer les problèmes qui ne sont pas apparents initialement.

Par exemple, les vannes de propulsion défectueuses ont de graves conséquences, mais ne peuvent pas être identifiées lors des essais en mer. De plus, il est essentiel de tracer correctement l’itinéraire et de respecter les directives de sécurité de base établies par la SOLAS pour freiner les accidents qui peuvent conduire au naufrage d’un navire.

Navires proéminents qui ont coulé

Quand on parle de navires qui ont chaviré, l’exemple le plus célèbre qui vient à l’esprit est celui du Titanic. Construit par Harland et Wolff et exploité par la White Star Line, le RMS Titanic part de Southampton le 10 avril 1912. En traversant l’Atlantique, le navire a heurté un iceberg et a rapidement coulé en raison des inondations. Comme la coque avant était endommagée, les cloisons avant ont pris de l’eau. Lorsque l’eau remplissait les cales près de la proue, le poids de l’eau accumulée pousse la poupe vers le haut. La force de cisaillement du bâtiment sur la coque a fini par diviser le navire en deux.

Crédits : Antonynizh/Wikipedia

Une enquête officielle sur la cause du naufrage a révélé que les dommages causés par l’iceberg étaient beaucoup plus graves que ne le prévoyaient les agents sur le pont, et que la visibilité et les patrouilles laxistes ont mené à la collision. Par conséquent, aucune mesure n’a été prise immédiatement et l’évacuation a été considérablement retardée. En outre, des embarcations de sauvetage inadéquates ont entraîné la mort de milliers de personnes, soit coincées sur le navire en cours de naufrage, soit mortes d’hypothermie à cause des températures glaciales de l’océan.

Une autre tragédie notoire a été le naufrage de la Costa Concordia le 13 janvier 2012 au large des côtes de la Toscane en Italie. Intégré au chantier naval Fincantieri pour la ligne de croisière Costa Crociere, le navire était l’un des plus grands navires construits en Italie. Lors d’une croisière autour de la côte italienne, le navire a heurté un rocher qui a provoqué de fortes inondations du côté bâbord.

Crédits d’image : theparbuklingproject.com

L’ équipement électrique court-circuit a entraîné une perte de puissance des systèmes de propulsion. En outre, la pression de l’eau du bâtiment a forcé le récipient dans un liste qui a finalement échoué le navire, sur l’Isola del Giglio, situé au large des côtes de l’Italie.

L’ évacuation a commencé près d’une heure de retard et le sauvetage a pris plus de six heures, ce qui a entraîné la mort de trente-deux passagers. De plus, des dommages importants à la coque ont entraîné la mise au rebut du navire à un chantier naval de Gênes. Le capitaine du navire a été reconnu coupable d’homicide involontaire involontaire coupable, car la négligence avait entraîné l’échouement du navire. Bien que les décès qui en ont résulté aient été beaucoup moins nombreux que ceux du Titanic, cela a servi à rappeler que sans les précautions et les protocoles de sécurité appropriés, des accidents peuvent survenir.

À vous..

Quelles sont les principales raisons pour lesquelles un navire coule ?

Sachez dans les commentaires ci-dessous.

Avertissement : Les opinions exprimées par les auteurs dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de Marine Insight. Les données et les graphiques, s’ils sont utilisés, proviennent de l’information disponible et n’ont pas a été authentifié par une autorité législative. L’auteur et Marine Insight ne prétendent pas qu’il soit exact et n’acceptent aucune responsabilité pour le même. Les points de vue ne constituent que les opinions et ne constituent pas de lignes directrices ou de recommandations sur les mesures à suivre par le lecteur.

L’ article ou les images ne peuvent être reproduits, copiés, partagés ou utilisés sous quelque forme que ce soit sans l’autorisation de l’auteur et de Marine Insight.

Signaler une erreur

Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!